Médicine Orthomoléculaire
"La nourriture doit être ton premier médicament" (Hippocrate l'affirmait déjà il y a plus de 2500 ans) La médecine orthomoléculaire n'est pas une médecine "alternative". La médecine orthomoléculaire est complémentaire à toute autre action thérapeuthique. C'est une médecine de prévention qui se charge du maintien de la santé, elle intervient des années, voire des décennies avant que les symptômes n'apparaissent. La médecine orthomoléculaire propose de soigner l'individu par un apport optimal au corps en vitamines , sels minéraux, oligo- éléments et acides gras et aminés essentiels. Elle utilise donc exclusivement des substances qui se trouvent naturellement aussi bien dans la nourriture que dans le corps, par opposition à l'approche dite allopathique qui s'oriente plutôt vers les effets thérapeutiques de molécules créées par l'homme. Elle repose sur des fondements médicaux et biochimiques très élaborés, scientifiques et parfaitement logiques. Elle a pour objectifs de prévenir les maladies chroniques, d'améliorer la santé et de maintenir la vitalité et les capacités de fonctionnement jusqu'à un âge avancé. La thérapie orthomoléculaire revient au biochimiste Linus Pauling, deux fois lauréat du prix Nobel, qui utilisa ce terme pour la première fois en 1968. Ses recherches l’avaient convaincu que l’absorption de doses élevées de vitamines permettait de préserver la santé et d’éviter les maladies. En 1971, il publia son livre «La vitamine C et le rhume banal». D’après les spécialistes de la thérapie orthomoléculaire il est, de nos jours, presque impossible d’absorber toutes ces substances vitales avec notre alimentation car, à cause des modes de production, du transport, du stockage et de la préparation, les aliments ne contiennent plus qu’une partie des substances qu’elles contenaient à l’origine. Une carence en substances nutritives peut, par exemple, être aggravée par une mauvaise alimentation ou une alimentation déséquilibrée, un état de stress élevé, des maladies, une grossesse ou un environnement nocif (par exemple des métaux lourds, du monoxyde de carbone ou de l’ozone). Une telle carence conduit à une dégradation de la santé. Un certain nombre de médecins semblent ignorer ou méprisent la valeur thérapeutique de ces micronutriments. Si ces derniers sont disponibles sans prescription, il convient de demander conseil à son médecin, Dr. J. Infantes, pour éviter la toxicité de certaines vitamines. Pour obtenir plus d'information, envoyez-nous un E-mail et nous vous répondrons le plus vite possible.
© 2011 - Centro Medicina Natural y Antienvejecimiento - Thérapie Neurale, Homéopathie, Thérapie a l'ozone, Carboxythérapie, Avda. Juan Carlos I, nº 29, portal 5, 2ºB -- 29680, Estepona (Málaga)
© 2011 - Centro Medicina Natural y Antienvejecimiento Tel: 952 80 53 68 E-mail: info@medicinabiologica.es
Médicine Orthomoléculaire
"La nourriture doit être ton premier médicament" (Hippocrate l'affirmait déjà il y a plus de 2500 ans) La médecine orthomoléculaire n'est pas une médecine "alternative". La médecine orthomoléculaire est complémentaire à toute autre action thérapeuthique. C'est une médecine de prévention qui se charge du maintien de la santé, elle intervient des années, voire des décennies avant que les symptômes n'apparaissent. La médecine orthomoléculaire propose de soigner l'individu par un apport optimal au corps en vitamines , sels minéraux, oligo- éléments et acides gras et aminés essentiels. Elle utilise donc exclusivement des substances qui se trouvent naturellement aussi bien dans la nourriture que dans le corps, par opposition à l'approche dite allopathique qui s'oriente plutôt vers les effets thérapeutiques de molécules créées par l'homme. Elle repose sur des fondements médicaux et biochimiques très élaborés, scientifiques et parfaitement logiques. Elle a pour objectifs de prévenir les maladies chroniques, d'améliorer la santé et de maintenir la vitalité et les capacités de fonctionnement jusqu'à un âge avancé. La thérapie orthomoléculaire revient au biochimiste Linus Pauling, deux fois lauréat du prix Nobel, qui utilisa ce terme pour la première fois en 1968. Ses recherches l’avaient convaincu que l’absorption de doses élevées de vitamines permettait de préserver la santé et d’éviter les maladies. En 1971, il publia son livre «La vitamine C et le rhume banal». D’après les spécialistes de la thérapie orthomoléculaire il est, de nos jours, presque impossible d’absorber toutes ces substances vitales avec notre alimentation car, à cause des modes de production, du transport, du stockage et de la préparation, les aliments ne contiennent plus qu’une partie des substances qu’elles contenaient à l’origine. Une carence en substances nutritives peut, par exemple, être aggravée par une mauvaise alimentation ou une alimentation déséquilibrée, un état de stress élevé, des maladies, une grossesse ou un environnement nocif (par exemple des métaux lourds, du monoxyde de carbone ou de l’ozone). Une telle carence conduit à une dégradation de la santé. Un certain nombre de médecins semblent ignorer ou méprisent la valeur thérapeutique de ces micronutriments. Si ces derniers sont disponibles sans prescription, il convient de demander conseil à son médecin, Dr. J. Infantes, pour éviter la toxicité de certaines vitamines. Pour obtenir plus d'information, envoyez-nous un E-mail et nous vous répondrons le plus vite possible.
Avis Légal